La solution PürStation – Lavage des mains et COVID-19


PürStation réinvente la désinfection des mains avec des stations de lavage au design ingénieux destinées aux commerces, bureaux et entreprises. Une solution simple et efficace pour assurer la sécurité et le bien-être des clients et employés.

 

Deux options pour répondre à tous les besoins

Modules mobiles

Les stations autonomes de lavage des mains PürStation peuvent être installés n’importe où, à l’intérieur comme à l’extérieur, car elles ne nécessitent pas d’alimentation en eau ou en électricité. Les modules au design ingénieux, conçus et fabriqués au Québec, sont montés sur roulettes et équipés de poignées pour faciliter leur transport. Leur partie supérieure, une fois ouverte, révèle un lavabo, une distributrice à savon et un dévidoir à papier essuie-mains. Les réservoirs d’eau et de savon, quant à eux, sont logés dans la partie inférieure et sont actionnés par une pédale, ce qui permet un lavage des mains sans contact.

Modules fixes

Ces modèles PürStation, offerts à coût moindre, sont tout indiqués dans les cas où la mobilité n’est pas une priorité. Ils offrent les mêmes avantages que les stations portables, à la différence qu’ils peuvent être branchés directement sur les systèmes d’alimentation en eau.

 

Le savon, plus performant que le gel désinfectant

La recommandation de la communauté scientifique est claire : pour éliminer les bactéries et les virus comme celui de la COVID-19, c’est le lavage des mains à l’eau et au savon qui s’avère la méthode de désinfection la plus efficace. Quant au gel désinfectant à base d’éthanol, Santé Canada recommande que son utilisation soit réservée aux situations où l’accès à l’eau et au savon est impossible.

 

Une expérience agréable pour les utilisateurs

La recommandation de la communauté scientifique est claire : pour éliminer les bactéries et les virus comme celui de la COVID-19, c’est le lavage des mains à l’eau et au savon qui s’avère la méthode de désinfection la plus efficace. Quant au gel désinfectant à base d’éthanol, Santé Canada recommande que son utilisation soit réservée aux situations où l’accès à l’eau et au savon est impossible.

 

Une expérience agréable pour les utilisateurs

Contrairement à la désinfection au gel à l’éthanol, qui est asséchant et irritant surtout si on doit y avoir recours plusieurs fois par jour, le lavage au savon et à l’eau respecte la barrière naturelle protectrice de la peau. De plus, il laisse une agréable sensation de propreté plutôt qu’un film collant désagréable sur les mains.

 

Un retour sur investissement avantageux

Les coûts liés à l’achat de gel désinfectant affectent les budgets d’opérations des commerces et des entreprises. Si on prend en considération le prix nettement moins élevé du savon, l’acquisition d’un module PürStation est vite amortie. Un facteur à prendre en considération avec la crise sanitaire qui n’est pas près de se régler et le retour sur les lieux de travail prévu dans de nombreux secteurs pour le début de l’année 2021.

 

Un choix écologique

La pandémie contraint des centaines de millions de personnes à utiliser chaque jour des équipements et des mesures de protection jetables. La conséquence : des quantités astronomiques de déchets de plastique, causés notamment par les bouteilles de gel désinfectant, qui polluent les océans et les milieux urbains. En mettant des stations de lavage PürStation à la disposition de leurs clients et employés, les entreprises contribuent non seulement à leur bien-être et à leur sécurité, mais aussi à la préservation de l’environnement.

 

Une solution clés en main

Les modules PürStation répondent aux besoins de plusieurs types d’entreprises. À commencer par les bureaux, banques et services professionnels ; les commerces de détail et les restaurants ; le milieu événementiel, les festivals et les centres sportifs ; et enfin le milieu de la construction et le secteur manufacturier. Cette grande polyvalence fait de PürStation un précieux allié pour ceux qui veillent à la santé et au bien-être de leurs clients et employés.

 

Sources: Santé Canada, ONU